Jean Vaillancourt

 Recteur de l'UQO 2005-2015  

 

Bien que de grandes réalisations aient été accomplies au cours des vingt premières années de l’UQO, deux défis majeurs attendaient Jean Vaillancourt à son arrivée au Rectorat en 2005.

Il a tout d’abord attaqué de front un déficit d’espace très important à Gatineau. Pour y pallier, l’UQO inaugurait, en mai 2006, le Centre de recherche en technologies langagières, ce qui permettait notamment l’aménagement de locaux pour le Département d’études langagières puis, en 2008, une extension très considérable au campus Alexandre-Taché allait permettre, entre autres, le rapatriement du Département de relations industrielles et l’aménagement des laboratoires de cyberpsychologie et de sciences infirmières ainsi que la clinique de psychologie.

Le second défi, mais non le moindre, consistait à redresser l’iniquité historique du financement de l’UQO. Depuis 2000, l’Université souffre en effet d’un important sous-financement de source gouvernementale, par rapport aux autres universités en région. Cette iniquité est responsable en totalité de la dette accumulée par l’UQO aujourd’hui. Dans le cadre du refinancement gouvernemental de 2008, ce défi était en partie relevé par une correction rétroactive à 2006.

L’extraordinaire réussite, en 2009, de la construction d’un premier bâtiment universitaire dans les Laurentides, le Campus Saint-Jérôme de l’UQO, inauguré en janvier 2010, et l’obtention par l’UQO de ses premiers doctorats autonomes figurent certainement parmi les réalisations majeures survenues au cours du rectorat de monsieur Vaillancourt.

 

Autre réalisation retentissante : au cours des dix dernières années, sous la gouverne du recteur Vaillancourt, l’UQO a connu une croissance phénoménale. En voici quelques exemples :
2004-2005

Effectif étudiant : 5 494
Nombre de postes de professeurs : 170
Budget de fonctionnement : 46 M$
Nombre de programmes menant à un grade : 28 dont 2 doctorats

2014-2015

Effectif étudiant : 7 133
Nombre de postes de professeurs : 231
Budget de fonctionnement : 79 M$
Nombre de programmes menant à un grade : 41 dont 6 doctorats

 

Court bilan du rectorat de Jean Vaillancourt
Grandes réalisations :

  • Création du Centre de recherche en technologies langagières
  • Création de l’Institut des sciences de la forêt tempérée à Ripon
  • Création du Département des sciences naturelles
  • Développement des activités d’enseignement et de recherche dans les Laurentides, incluant la consolidation de nos activités à Saint-Jérôme et l’intégration du Pôle universitaire Paul Gérin-Lajoie à Sainte-Thérèse
  • Exercice de planification stratégique 2009-2014 et planification académique Horizon 2014
  • Campagne majeure de financement de la Fondation Imaginez l’UQO en Outaouais et dans les Laurentides (12 M$)
  • Célébrations du 30e anniversaire de l’UQO et instauration de nouvelles distinctions honorifiques à l’interne et à l’externe

Nouvelles infrastructures :

  • L’édifice du CRTL
  • L’aile C du pavillon Alexandre-Taché, incluant les laboratoires de sciences infirmières et de cyberpsychologie, la clinique de psychologie et la grande salle
  • La surface synthétique de soccer/football
  • Le campus de Saint-Jérôme
  • Les nouveaux locaux de l’ISFORT à Ripon
  • L’aménagement du nouvel accès au pavillon Alexandre-Taché dans le prolongement du boulevard Saint-Joseph

Grands projets d’avenir en cours :

  • Construction du Pavillon des arts, regroupant les installations de l’École multidisciplinaire de l’image de l’UQO et du Conservatoire de musique de Gatineau
  • Construction du Pavillon des sciences de la vie, permettant le développement de nouveaux programmes en santé
  • Agrandissement du campus de Saint-Jérôme

Outre sa contribution inestimable au développement de l’UQO en Outaouais et dans les Laurentides, Jean Vaillancourt a su faire preuve d’un leadership remarquable dans la communauté externe tout au long de son mandat.

C’est d’ ailleurs son intervention devant la Commission de la culture et de l'éducation de l'Assemblée nationale du Québec en 2010 qui aura donné le coup d'envoi à la revendication d'un appui exceptionnel et substantiel pour rétablir l'équité en matière d'enseignement supérieur en Outaouais, compte tenu des retards importants constatés au fil des années dans le développement de la programmation académique et des infrastructures de l'UQO, qui dessert 10 % de la population québécoise avec seulement 2 % des ressources investies.

À l’instigation de monsieur Vaillancourt, alors président de la Table Éducation Outaouais, la création de l’Alliance pour la cause de l’enseignement supérieur en Outaouais (ACESO) aura permis de rallier à la cause plus de 125 organismes,  associations et individus de tous les secteurs d’activité et de toutes les régions de l’Outaouais, et est aujourd’hui citée en exemple par le gouvernement du Québec comme modèle de mobilisation régionale exceptionnel.

Les acteurs clés du milieu communautaire, de la santé, des arts et de la culture, de l’éducation et des affaires reconnaissent en lui un partenaire de premier ordre, dont la contribution remarquable aura eu un impact déterminant et significatif pour le développement économique, social et culturel des collectivités de l’Outaouais et des Laurentides.