Département des sciences naturelles

Vous êtes ici

L’enseignement et la recherche à l’UQO dans l’un des plus grands laboratoires à ciel ouvert du Québec

 

Le Département des sciences naturelles de l’UQO bénéficiera d’un accès unique à l’un des plus grands laboratoires à ciel ouvert du Québec grâce à une entente avec Conservation de la nature Canada (CNC) et un partenariat avec l’Institut Kenauk (IK).  L’UQO s’allie ainsi à ces partenaires afin de créer une forêt modèle où s’harmonisent recherche, enseignement et utilisation durable.

 

La forêt Kenauk, située à Montebello, est l’une des plus grandes réserves naturelles privées en Amérique du Nord, englobant 250 km2 de forêt et plus de 60 lacs. La forêt fait partie d’un territoire peu fragmenté jouant un rôle important pour la connectivité des milieux naturels dans l’Outaouais et les Laurentides et elle offre aussi une opportunité unique de faire un suivi des changements globaux sur les écosystèmes.

Grâce à ce partenariat, elle devient une forêt de recherche pour l’UQO. L’entente, qui a été dévoilée lors d'une conférence de presse à Montebello, le 16 novembre 2022, permettra de réaliser de nombreuses activités en lien avec la conservation, l’adaptation des écosystèmes aux changements climatiques et globaux. De plus, le projet prévoit la construction d’un nouvel édifice dans lequel l’UQO aménagera un laboratoire doté des équipements nécessaires à sa mission de recherche et d’enseignement pour ses programmes de sciences naturelles.

D’ailleurs, l’Institut des sciences de la forêt tempérée de l’UQO (ISFORT) utilise une partie de la forêt Kenauk depuis déjà sept ans, ce qui a permis de former des dizaines de personnes étudiantes aux cycles supérieurs (maîtrise et doctorat).

« Cette entente revêt une importance capitale pour les chercheur.es et les étudiant.es de l’UQO, d’abord pour l’accès qu’elle leur offre à cet immense territoire, mais aussi pour la capacité accrue qu’elle permet au niveau de la production de données de recherche, des données qui devront être accessibles pour les générations futures. La gestion et la conservation de ces données reposeront en effet sur un principe de science ouverte afin de pérenniser les efforts d’aujourd’hui pour demain », a affirmé la rectrice de l’UQO, Murielle Laberge.
 

Bulletin de nouvelles TVA-Gatineau du 16 novembre 2022 (reportage à 11:50 de la vidéo)

Entrevue Sur le vif - Jérôme Dupras - 17 novembre 2022

Le Département des sciences naturelles de l’UQO bénéficiera d’un accès unique à l’un des plus grands laboratoires à ciel ouvert du Québec grâce à une entente avec Conservation de la nature Canada (CNC) et un partenariat avec l’Institut Kenauk (IK).  L’UQO s’allie ainsi à ces partenaires afin de créer une forêt modèle où s’harmonisent recherche, enseignement et utilisation durable. Les détails du projet ont été dévoilés lors d'une conférence de presse, à Montebello, le 16 novembre 2022.
Première photo, de gauche à droite : Jessica Turgeon, Institut Kenauk, Patrick Pichette, Institut Kenauk, Murielle Laberge, UQO, Claire Ducharme, CNC, Dax Dasilva, Age of Union, et Marie-Andrée Tougas Tellier (CNC) (Photo CNC)

Pour Jérôme Dupras, professeur au Département des sciences naturelles et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en économie écologique, ce territoire représente un terrain de recherche unique au pays. « Les scientifiques de l’ISFORT, nos étudiantes et nos étudiants, auront accès à un laboratoire unique, le plus vaste au Canada dans l’écosystème de la forêt tempérée. Ce vaste territoire protégé nous permettra de faire avancer les recherches sur la forêt tempérée et son adaptation aux changements climatiques. » 

Le professeur Dupras explique que de grands axes de recherche ont été établis pour la forêt Kenauk.

« Il y aura de la recherche axée sur la biodiversité et la connectivité entre les corridors écologiques. La connectivité est un élément essentiel qui permet aux différentes espèces animales de se déplacer dans leur milieu. Un deuxième axe se penche sur la sylviculture et l’adaptation de la forêt face aux changements globaux, comme l’impact des changements climatiques ou d’espèces invasives. L’eau, l’étude des bassins versants et le maintien de la biodiversité des espèces aquatiques composent un troisième champ de recherche. Au fil des années, les scientifiques se pencheront aussi sur le volet socio-économique de la forêt, sa gouvernance et les facteurs pouvant mener à un changement des pratiques forestières. »

L’annonce d’aujourd’hui a été effectuée à la suite du lancement d’une initiative de financement de 20 millions $ pour la conservation du territoire exceptionnel de Kenauk. En décembre dernier, les familles de Doug Harpur, Dominic Monaco, Patrick Pichette et Mike Wilson, cofondateurs de l’Institut Kenauk, ont fait don à CNC de 645 hectares, soit la moitié de leurs propriétés riveraines, pour en faire une aire protégée. Ils se sont engagés à faire don de l’autre moitié de leur terre, une fois les fonds recueillis, pour protéger ce territoire. Le projet dans son ensemble, d’une valeur de 50 millions $, a été lancé grâce à un don de terre de 20 millions $ par quatre familles à CNC et a déjà reçu d’importantes contributions financières des gouvernements provincial et fédéral ainsi que d’Age of Union et Inovia Capital.
 

Communiqué de presse Conservation de la nature Canada

Institut Kenauk

Vidéo Forêt Kenauk
 

« Conservation de la nature Canada et l’Institut Kenauk sont honorés d’être partenaires de l’Université du Québec en Outaouais. À la suite de la création du laboratoire pour la recherche et l’éducation sur les sciences naturelles, ce territoire sera doté d’une vocation qui le distinguera de tout ce qui a été réalisé jusqu’à présent dans une forêt tempérée au Québec. » – Doug Harpur, donateur des terres entourant le lac Papineau et fondateur de l’Institut Kenauk et Claire Ducharme, vice-présidente de Conservation de la nature Canada pour la région du Québec.

L’UQO est très fière d’être partenaire de cet ambitieux projet qui servira aux chercheur.es et aux étudiant.es et permettra de faire avancer la science dans la forêt tempérée.

 

Le 16 novembre 2022