Département de travail social

Vous êtes ici

Flexibilité du congé parental: un pas dans la bonne direction selon deux professeures de l’UQO

 

Les professeures Nathalie St-Amour et Mélanie Bourque du Département de travail social de l’UQO, accueillent favorablement la décision du gouvernement du Québec d’assouplir le Régime québécois d’assurance parentale (RQAP) pour permettre aux parents d’étaler leur congé sur une période de deux ans. Elles attendent de connaître les modalités entourant la mise en œuvre de cette mesure avant de se prononcer au sujet de son impact sur la vie des parents, et surtout des mères.

 

La semaine dernière, en effet, le gouvernement de Philippe Couillard a annoncé, que Québec prêchera par l’exemple avec des congés parentaux plus souples. Les familles pourront notamment étirer leurs semaines de congé sur une période de deux ans avec l’accord de l’employeur.

 

Avis scientifique de l'INSPQ

Selon la professeure Bourque, le gouvernement a tenu compte de certaines des recommandations contenues dans l’avis scientifique qu’elle a réalisé conjointement avec la professeure St-Amour pour le compte de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) en 2013. « Nous savons de sources sûres que notre document a circulé dans les ministères, dans les comités ministériels du développement social. C’est un document qui est encore présent », affirme Mélanie Bourque. Nous avions recommandé un assouplissement du congé parental, un prolongement des congés. »

Dans l’étude intitulée Conciliation travail-famille et santé : Le Québec peut-il s’inspirer des politiques gouvernementales mises en place dans d’autres pays? les deux coauteures ont notamment examiné les politiques gouvernementales en matière de conciliation travail-famille implantées ailleurs dans le monde, ce qui les a, entre autres, conduites à proposer une plus grande flexibilité du congé suite à la naissance d’un enfant.

En plus de s’intéresser aux politiques de conciliation travail-famille, l’avis des deux professeures, définissait la problématique de la conciliation travail-famille en présentant d’une part les bouleversements économiques, démographiques, sociaux et du milieu du travail qui sont au cœur de son émergence, tout en établissant d’autre part ses impacts à la santé physique et mentale des familles québécoises.

Pour consulter la publication de l’Institut national de la santé publique du Québec préparée par les professeures Mélanie Bourque et Nathalie St-Amour, cliquez sur l’onglet ci-dessous :

Conciliation travail-famille et santé : Le Québec peut-il s’inspirer des politiques gouvernementales mises en place dans d’autres pays?

Article de Radio-Canada
Article de TVA

 

Le 7 février 2018