Infos et consignes - COVID-19

Département d'informatique et d'ingénierie

Vous êtes ici

Une première chaire de recherche industrielle sur la détection de bactéries et de produits chimiques nocifs

Une première chaire de recherche industrielle sur la détection de bactéries et de produits chimiques nocifs
Le professeur Wojtek J. Bock obtient 1,85 million $ pour établir la Chaire de recherche SPI – CRSNG

Reconnu internationalement par la communauté scientifique, le professeur Wojtek J. Bock du Département d’informatique et d’ingénierie de l’Université du Québec en Outaouais (UQO) et directeur du Centre de recherche en photonique de l’UQO, obtient un appui financier d’importance qui permet la création d’une première chaire de recherche industrielle à l’UQO. Grâce à l’appui du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG) et de la compagnie Sécurité et Protection Internationale (SPI) de Laval, le professeur Bock et son équipe du Centre de recherche en photonique de l’UQO poursuivront le travail amorcé depuis plusieurs années afin de compléter le développement de technologies photoniques de détection de produits dangereux.

Ces nouvelles technologies permettront notamment de détecter directement sur les sites contaminés des bactéries nocives comme les cyanobactéries ou les E. Coli et ce, en moins de 20 minutes, comparativement aux méthodes actuelles qui  nécessitent le déplacement des échantillons en laboratoire et des délais de plusieurs jours pour l’analyse.

« Cette chaire de recherche me permettra de mettre à profit mes travaux de recherche réalisés depuis près de trente ans à l’UQO, affirme le professeur Bock.  Au cours des dernières années, j’ai intensifié ma recherche de financement et mes échanges et propositions de partenariat avec SPI et le CRSNG ont été accueillis très positivement. Je les remercie chaleureusement pour le soutien remarquable qu’ils m’accordent et cette grande ouverture à l’innovation. »

La Chaire de recherche industrielle SPI – CRSNG représente un investissement de 2 millions $ sur cinq ans. Un financement qui est partagé entre le CRSNG et SPI.

Pour les partenaires de cette nouvelle chaire de recherche industrielle, il ne fait nul doute que cette association mènera à des innovations importantes pour la santé et la sécurité des populations.

« Cette chaire de recherche industrielle, la première à l'Université du Québec en Outaouais, constitue un excellent exemple de la manière dont la collaboration entre le milieu universitaire et le secteur privé peut transformer les recherches de haut calibre en avancées technologiques qui protégeront la santé et la sécurité des Canadiens. Le gouvernement est déterminé à appuyer la communauté de recherche du Canada ainsi que les chercheurs novateurs comme M. Bock »,  déclare la ministre des Sciences, l'honorable Kirsty Duncan.

Le député de Hull-Aylmer, Greg Fergus salue également le travail du professeur Bock. « J'offre mes félicitations à M. Bock pour le travail de son équipe, qui est une source de prestige additionnelle pour l'Université du Québec en Outaouais. Il s'agit d'une excellente nouvelle pour la région et pour la recherche au Canada. Je suivrai leurs progrès avec intérêt au cours des années à venir. »

 

 « Le CRSNG est très heureux de financer cette première chaire de recherche industrielle à l’UQO. Le travail de M. Bock en matière de photonique pousse nos connaissances vers de nouveaux horizons et témoigne de la culture de découverte et d’innovation au Canada affirme de son côté Bettina Hamelin, vice-présidente, Direction des partenariats de recherche, CRSNG. Les subventions de professeurs-chercheurs industriels du CRSNG créent des espaces de collaboration où les chercheurs universitaires et l’industrie travaillent ensemble sur des priorités de l’économie canadienne. »

« SPI s’est donnée comme mission de concevoir, commercialiser et distribuer des technologies novatrices permettant de sécuriser les gens, les biens et les lieux, affirme monsieur Pierre Vézina, chef de la direction de SPI. Notre objectif est de développer de nouvelles technologies pouvant détecter des substances nocives, des bactéries et des composés pouvant être dangereux pour la population. Nous sommes persuadés que cette collaboration permettra d’atteindre nos objectifs en développant des dispositifs à haute sensibilité permettant de détecter les dangers potentiels en temps réel, un avantage important pour l’industrie publique et privée. »

« L’UQO est fière de cette première chaire industrielle qui témoigne de la grande qualité des travaux scientifiques du professeur Bock et de la reconnaissance de l’industrie pour la valeur des résultats de ses recherches sur la santé et la sécurité des personnes. », commente le recteur de l’UQO, monsieur Denis Harrisson.

Chef de file dans le domaine des senseurs en fibre optique, le professeur Bock et son équipe du Centre de recherche en photonique de l’UQO utilisent ces capteurs pour la détection de plusieurs matériaux dangereux. De nombreux articles scientifiques et l'obtention de sept brevets d'invention aux États-Unis et cinq au Canada témoignent de la notoriété et du leadership international du professeur Bock. Deux autres brevets sont d’ailleurs en attente d’approbation. Le professeur Bock est titulaire d’une chaire de recherche du Canada depuis 2002 et a obtenu de la Fondation canadienne pour l’innovation et du gouvernement du Québec un financement de près de 6 M$ pour le développement de ses infrastructures de recherche.

--------------------------------------------------
Photo 1 :  Le député de Hull-Aylmer, monsieur Greg Fergus, madame Bettina Hamelin, vice-présidente, Direction des partenariats de rechercher, CRSNG,  le professeur Wojtek J. Bock, monsieur Pierre Vézina, chef de la direction de la firme SPI, le recteur de l'UQO, monsieur Denis Harrisson et le député de Gatineau, monsieur Steve MacKinnon.

Photo 2 : Le professeur Wojtek J. Bock, lors de la conférence de presse du 30 mars annonçant la nouvelle Chaire de recherche industrielle à l'UQO.

Photo 3 : Le recteur de l'UQO, monsieur Denis Harrisson.

Photo 4 : Le député de Hull-Aylmer, monsieur Greg Fergus.