Infos et consignes - COVID-19

Intégrité dans les études

Vous êtes ici

Qu'est-ce que l'intégrité intellectuelle et le droit d'auteur ?

 

L’intégrité intellectuelle, c’est :

L’attitude que l’on adopte et que l’on développe, c’est un savoir–être et un savoir-faire importants à cultiver en milieu universitaire, dans les études et la recherche. Cela signifie respecter les idées et les créations des autres sans en altérer le contenu, et reconnaître leurs contributions en citant ses sources.

L'intégrité, c'est éviter les comportements indésirables comme le plagiat, la tricherie et la fraude.

 

Le droit d’auteur, c'est :

« Dans sa plus simple expression, le droit d'auteur signifie le droit de reproduire. En règle générale, seul le titulaire du droit d'auteur, souvent le créateur, a le droit de produire ou de reproduire l'œuvre ou de permettre à quiconque de le faire. » (Office de la propriété intellectuelle du Canada. Qu'est-ce qu'un droit d’auteur? Page consultée le 21 juin 2014).

 

 

  • Le plagiat, c’est reproduire des mots, des idées ou des données sans nommer la source; s’attribuer indûment la création d’autrui ou acheter un travail.

  • L’autoplagiat désigne le fait de soumettre un travail déjà évalué dans un autre cours sans avoir l’autorisation du (de la) nouvel(le) enseignant(e).

  • Le plagiat électronique ou le cyberplagiat se manifeste dans les conditions suivantes :

    • Copier ou paraphraser du contenu électronique, quel qu’en soit le support (web, courriel, vidéo, etc.) sans en citer la source;

    • Insérer des images, des graphiques, des données (ex. : fichier PowerPoint ou Excel, statistiques et données en ligne) sans en indiquer la source;

    • Acheter en ligne un travail clé en main et le soumettre comme sien.

 

  • Reproduire une partie du texte d'un auteur (ce peut être un autre étudiant ou les notes de cours de l'enseignant[e]) sans en indiquer les références.

  • Copier, en tout ou en partie, le contenu d’un site Internet ou des documents disponibles sur Internet sans le signaler et sans en préciser la source.

  • Copier dans un travail, en tout ou en partie, le contenu d’un travail téléchargé à partir d’un site Web.

  • Modifier le texte d'un auteur en remplaçant ses mots par des synonymes, sans en citer la source.

  • Reprendre l'idée originale d'un auteur et l'exprimer avec ses propres mots (reformulation), sans en mentionner la source.

  • Insérer des images, des graphiques ou autres sans en mentionner la source.

  • Ne pas placer entre guillemets (ou ne pas indiquer de façon claire et précise) les mots tirés d’une autre source.

 

La tricherie, c’est aller à l'encontre de l'honnêteté, se donner un avantage indu par rapport aux autres; c’est s'approprier faussement des connaissances.

À l’UQO, est considéré comme de la tricherie :

  • Faire des démarches illicites pour connaître d'avance les questions ou les solutions relatives à un examen ou à un travail.

  • Transmettre un travail à des fins d'évaluation, alors que ce travail constitue essentiellement le même travail qui a déjà été transmis pour des fins d'évaluation à l'Université ou dans un autre établissement d'enseignement, et ce, sans l'accord préalable de l'enseignant.

  • Copier ou essayer de copier de quelque façon lors d'un examen.

  • Posséder ou utiliser ou tenter d'utiliser lors d'une évaluation tout document ou matériel non autorisé.

  • Obtenir toute aide non autorisée, collective ou individuelle, pour un travail ou une partie d'un travail.

  • Utiliser pendant un examen la copie d’un autre.

 

La fraude est un acte dont le but est de tromper ou de contrevenir à une règle.

À l’UQO, est considéré comme de la fraude :

  • Inscrire volontairement de faux résultats ou des informations erronées dans les dossiers des usagers lors de stages ou lors des collectes des données.

  • Commettre ou tenter de commettre tout acte qui pourrait engager la responsabilité de l’Université.

  • Être de collusion ou de connivence avec quelqu'un dans le but de commettre un acte frauduleux.

  • Copier de l’information provenant de l’ordinateur ou des courriels d’un autre étudiant ou d’une tierce personne sans en indiquer la source.

  • Falsifier ou utiliser un faux document ou chercher à falsifier un document transmis à l’Université ou un document de l’Université transmis ou non à une tierce personne, quelles que soient les circonstances.

  • Être impliqué dans une substitution de personne lors d'un examen ou utiliser ou essayer d'utiliser les compétences d'une autre personne.

  • Acheter ou revendre des travaux.  

  • Payer quelqu'un pour qu’il réalise un travail exigé dans un cours.

  • Voler ou corrompre une personne pour obtenir des informations.

 

Sanctions prévues par le Règlement de l’UQO :

Les personnes dénoncées seront convoquées devant le comité de discipline. Les étudiant(e)s reconnu(e)s coupables sont passibles des sanctions suivantes : 

  • Échec sans droit de reprise pour une partie ou la totalité du travail, du test ou de la composante de l’évaluation.

  • Échec du cours.

  • Suspension de l’Université pour une période maximale de cinq (5) trimestres consécutifs.

  • Exclusion de l’Université pour une période pouvant varier entre deux (2), trois (3), quatre (4) ou cinq (5) années.