Infos et consignes - COVID-19

Département des sciences sociales

Vous êtes ici

Des diplômé(e)s de l’UQO qui contribuent au développement des municipalités

 

Enseignement, recherche, formation de diplômé(e)s, développement des connaissances : l’Université du Québec en Outaouais contribue de plusieurs façons au dynamisme des municipalités.
 

Dans le cadre de la Semaine des municipalités, qui se déroule du 13 au 19 septembre 2020, l’UQO en profite pour souligner son apport aux villes, villages et MRC de la région de l’Outaouais et d’ailleurs au Québec.

La Semaine des municipalités est une initiative du ministère des Affaires municipales et de l’Habitation du Québec (MAMH) qui vise à souligner les bons coups des municipalités de la province.  

Hier, nous avons souligné l’apport de l’Observatoire du développement de l’Outaouais (ODO). Aujourd’hui, nous vous présentons des diplômé(e)s qui font carrière dans le monde municipal. 

Aujourd’hui, nous vous présentons des diplômé(e)s qui font carrière dans le monde municipal. 

 

Véronique Martin, diplômée au baccalauréat en sciences sociales et à la maîtrise en développement régional de l’UQO
 

Lauréate du titre Grande diplômée lors du Grand rendez-vous de l’UQO 2019, Véronique Martin travaille comme conseillère en développement avec la Coopérative de développement avec la Coopérative de développement régional Outaouais-Laurentides (CDROL).  Elle accompagne des collectifs de citoyens et d’entrepreneurs qui souhaitent mettre sur pied des entreprises d’économie sociale. Son rôle est de les outiller pour qu’ils soient en mesure de démarrer et d’opérer des entreprises collectives qui répondent au mieux aux besoins des collectivités.

 « Les qualifications que j’ai acquises lors de la maîtrise en développement territorial cadraient parfaitement avec les valeurs et les objectifs de mon employeur, la Coopérative de développement régional Outaouais-Laurentides. En effet, la CDROL, qui poursuit une mission de développement local et régional par le soutien à l’économie sociale, recrute dans son équipe des professionnels au profil multidisciplinaire et surtout, qui détiennent une bonne compréhension des dynamiques de développement, affirme Véronique Martin. Lors de mon parcours à la maîtrise, en plus des séminaires portant sur des thématiques variées liées au développement territorial, j’ai eu l’occasion de faire des laboratoires de recherche qui se déroulaient au cœur des communautés locales. Ces expériences concrètes et enrichissantes m’ont permis de confronter la théorie au terrain et de transposer ces acquis dans mon parcours professionnel. »


 

Olivier Viger Beaudin, analyste en développement territorial au ministère des Affaires municipales et de l’Habitation (MAMH)  
 

Olivier Viger Beaudin aide les différents conseillers de l’équipe du MAMH en Outaouais dans leurs tâches et leurs responsabilités. Il aide principalement le conseiller en développement régional dans la gestion administrative et technique des fonds de financement offert par ce ministère. Il informe et conseille également les citoyens, les élus et les divers acteurs du développement sur les programmes et les fonds de financement du MAMH.

« Ma formation de deuxième cycle à la maitrise en développement territorial m’a permis d’acquérir des compétences dans plusieurs disciplines, dit Olivier Viger Beaudin. Nos cours m’ont permis d’apprendre énormément, entre autres, sur l’aménagement du territoire, le développement économique territorial et les politiques publiques de développement. Ces formations conçues par nos professeurs passionnés ont à la fois une partie importante de théorie, mais également des aspects pratiques indispensables pour notre passage vers le monde professionnel. Par le biais de mes cours à la maitrise, j’ai pu acquérir des connaissances indispensables sur le développement de nos territoires et, par le fait même, sur les municipalités. Le cours d’aménagement du territoire nous a notamment de mieux connaître le monde municipal en travaillant sur le terrain. Nous avons pu rencontrer des acteurs municipaux, civils et professionnels directement impliqués dans l’aménagement et le développement de leurs communautés et de leurs territoires. »
 


Annie-Pier Caron Daviault, diplômée à la maîtrise en sciences sociales du développement territorial
 

Annie-Pier Caron Daviault est consultante en développement territorial. Elle offre ses services aux municipalités pour de la gestion de projet, de la recherche documentaire sur des enjeux qui les touchent, de l’animation de consultations publiques, de la rédaction de comptes rendus et rapports divers, rédaction de politiques municipales (Municipalité ami des aînés (MADA) ou Politique familiale municipal (PFM)). Elle offre également un service de planification stratégique, etc. Elle fonctionne par mandat ou par projet, c’est-à-dire que les clients l’approchent pour livrer un mandat bien précis.

« La formation que j’ai suivie à l’UQO m’a permis de me tailler un emploi sur mesure: je suis consultante en développement territorial. La formation m’a ouvert les yeux sur la multitude d’enjeux qui étaient sous la responsabilité des municipalités et sur la forte influence qu’exercent celles-ci sur le quotidien des citoyens. Qu’on parle de gestion des déchets, de l’offre en loisirs dans les parcs, les bibliothèques ou les centres sportifs, des activités culturelles, de la construction de logement abordable, du développement de quartiers complets, des modes de transports actifs et collectifs, etc. Les municipalités ont une influence directe sur notre qualité de vie et la formation que j’ai suivie à l’UQO m’a permis d’en réaliser toute l’ampleur. Elle m’a aussi outillée à bien analyser les enjeux municipaux, identifier les acteurs-clés, l’importance de consulter la population dans les projets de développement, etc. »

 


Patrick Robert-Meunier, directeur adjoint au cabinet du maire de Gatineau
 

Patrick Robert-Meunier contribue sur divers plans à assurer la mise en œuvre de la vision du maire et du conseil municipal pour notre ville. Il est plus particulièrement affecté à des dossiers comme le transport, le logement, les finances municipales, les relations intergouvernementales, ainsi que divers dossiers ponctuels liés à nos objectifs pour une ville plus verte et moderne. Il intervient en documentant les enjeux. À titre d’exemple, il travaille sur le projet de tramway pour relier l’ouest de Gatineau au centre-ville de Gatineau et à celui d’Ottawa, un dossier complexe qui nécessite un travail constant de concertation avec les divers partenaires impliqués. Il répond aussi aux multiples questions des citoyennes et citoyens sur les enjeux municipaux.

« Mon baccalauréat en sciences sociales à l’UQO (majeure en science politique / mineure en développement international) m’a donné plusieurs outils pour comprendre le fonctionnement de notre société, des organisations et de nos gouvernements, tout en ayant une perspective sur comment ça se passe ailleurs dans le monde, explique Patrick Robert-Meunier. Au cours de ma formation, j’ai même eu l’occasion de suivre le cours Vie politique municipale donné par Guy Chiasson, un cours qui a contribué de façon importante à développer mon intérêt pour la politique municipale et locale. J’ai également suivi quelques cours en communication pour peaufiner mes compétences en la matière. Enfin, en ayant été impliqué de façon importante dans les associations étudiantes et dans les Jeux de la communication, j’ai pu compléter ma formation académique avec une « formation pratique », soit en portant des projets et des dossiers, une expérience qui me sert régulièrement dans mes fonctions au cabinet du maire de Gatineau. »
 


 

Geneviève Beauchemin, conseillère en développement régional au Conseil des préfets et des élus – Région des Laurentides
 

Le Conseil des préfets et des élus de la région des Laurentides est une table réunissant les préfets de la région qui permet de coordonner les efforts des territoires et des acteurs laurentiens, de dégager une vision et une identité régionale, de porter des projets régionaux, de trouver des solutions aux préoccupations, des différents paliers gouvernementaux ainsi que des partenaires territoriaux, régionaux.

Il s’agit d’une organisation politique et qui porte également des responsabilités administratives (gestion de fonds). Geneviève Beauchemin gère le fonds de lutte à la pauvreté et dirige différents projets et ententes régionaux, en plus de participer à la gestion interne de l’organisation. Le travail régional se fait en concertation avec les partenaires, dont les sept municipalités régionales de comtés (MRC) et la Ville de Mirabel.

« Ma maîtrise en développement territorial m’a amené à mieux évaluer les enjeux régionaux et territoriaux, donc d’avoir une meilleure compréhension macro du développement des territoires. La maîtrise et mes travaux de recherche, pour moi-même ou avec les professeurs de l’UQO, m’ont également permis de développer une meilleure structure méthodologique, à l’image de la recherche universitaire, dans la réalisation de travaux d’analyse, de recherche et de rédaction. Finalement, j’ai acquis beaucoup de confiance en moi et en mes compétences. »
 


Caroline Desrochers, conseillère aux relations intergouvernementales au cabinet du maire de Gatineau
 

Caroline Desrochers appuie le cabinet du maire et la direction générale dans différents dossiers impliquant les paliers de gouvernement fédéral et provincial, de même que des partenaires régionaux. Elle doit analyser les impacts des initiatives gouvernementales sur la Ville de Gatineau, préparer des notes d’information et des recommandations au maire et à la direction générale en prévision de rencontres, et fournir des conseils sur les interventions à faire afin d’atteindre différents objectifs. Son travail l’amène à collaborer avec plusieurs services de la Ville et partenaires externes. Par exemple, en ce moment, elle participe aux efforts de la Ville et des associations municipales visant à démontrer les impacts financiers de la COVID-19 sur les municipalités et le besoin d’une aide spécifique des gouvernements du Québec et du Canada.

« À travers mon emploi, j’ai la chance de contribuer à des dossiers très diversifiés, qui touchent parfois le développement économique, parfois le développement social, parfois l’environnement, ou les trois à la fois! Le côté interdisciplinaire de ma formation en développement territorial m’a outillée pour être en mesure d’analyser rapidement une variété de problématiques qui concernent le développement de la Ville de Gatineau, avec une vision plus globale. Je suis également en train de terminer une maîtrise en administration des affaires à l’UQO, qui m’aura permis de mieux comprendre les problématiques vécues par les entrepreneurs, particulièrement ceux du milieu de l’économie sociale, un atout considérant le rôle de la Ville en appui au développement économique », explique Caroline Desrochers.

 

Le 17 septembre 2020