Vous êtes ici

Retard historique en Outaouais: l'ODO publie une mise à jour des progrès

 

Grâce aux recherches effectuées par l’équipe de l’Observatoire du développement de l’Outaouais (ODO), la Conférence des préfets de l’Outaouais (CPO) dispose d’indicateurs qui lui permette de suivre l’évolution du dossier relatif au retard important accumulé dans la région quant au financement public en santé, en enseignement supérieur et en culture, le travail de mise à jour annuelle du suivi est maintenant possible.

 

La CPO rend public aujourd’hui un rapport réalisé par l’ODO, groupe de recherche rattaché à l’Université du Québec en Outaouais, et qui est intitulé L’Outaouais en mode rattrapage. Suivi des progrès pour combler le retard historique de la région en santé, éducation et culture, mars 2023.
 

Consultez l'étude de l'ODO

 

 

Le 30 octobre 2019, l’Assemblée nationale du Québec a adopté à l’unanimité une motion qui reconnaissait l’Outaouais comme une région administrative « avec des particularités importantes » et reconnaissant que la région « a accumulé un retard important ces dernières années quant au financement public en santé, en éducation et en culture ».

En 2020 la CPO a commandé à l’Observatoire du développement de l’Outaouais  une étude afin de documenter précisément le dossier et surtout, identifier des indicateurs qui permettront de suivre l’évolution de la situation. Ce rapport a été publié en mai 2022 et celui qui vient d’être publié, le 1er mars 2023, se veut un suivi des progrès visant à combler les retards dans divers secteurs pour la région de l’Outaouais.

« La Conférence des Préfets de l’Outaouais croit que le rattrapage doit s’accompagner d’actions concrètes, affirme Benoît Lauzon, maire de Thurso et président de la CPO. Les travaux de l’ODO nous ont permis, dans le cadre d’une démarche scientifique, d’établir des indicateurs et maintenant nous pouvons mesurer l’évolution du rattrapage. On pourra réellement mesurer l’avancement sur une période de quelques années, mais pour ça, il faut que les indicateurs évoluent un peu chaque année. Ça serait intéressant de voir les aiguilles bouger un peu plus, notamment en santé, entre autres. »

L’étude de l’ODO se penche également sur le rattrapage à faire en Outaouais en ce qui a trait à l’enseignement supérieur.

« Pour notre université, le défi du rattrapage est de taille puisqu’il nous faut rattraper un déficit de 62 programmes, tout en poursuivant notre développement pour ne pas accentuer davantage l’écart avec les universités des autres régions du Québec, souligne Murielle Laberge, rectrice de l’UQO. C’est pourquoi, avec nos partenaires du milieu de la culture, de la santé et de l’enseignement supérieur en Outaouais, nous comptons sur un appui du gouvernement du Québec. »

« Ce que nous fournit l’ODO, c’est une mesure probante de l’accessibilité de l’enseignement collégial en Outaouais, affirme de son côté Steve Brabant, directeur général du Cégep de l’Outaouais. C’est un indicateur de l’inadéquation qui persiste entre l’offre et la demande et qui affecte notre capacité à pleinement soutenir le développement académique, social et économique de notre région, à y retenir notre capital humain et à répondre à ses besoins de main d’œuvre. L’écart de 47 programmes collégiaux demeure colossal, malgré l’autorisation récente de trois nouveaux programmes, et nous rappelle, avec optimisme malgré tout, que le rattrapage en programmes et en financement doit se poursuivre vigoureusement en concertation avec le gouvernement du Québec et nos partenaires locaux. »                                                     

L’étude de l’ODO s’est également intéressée au domaine de la culture dans la région.

« Pour Culture Outaouais, cet outil de mesure présenté par l’Observatoire du développement de l’Outaouais est indispensable pour poursuivre les actions en matière de rattrapage en termes de financement et d’infrastructures, explique la coprésidente de Culture Outaouais et directrice de la Galerie UQO, Marie-Hélène Leblanc. Nous avons bien hâte de connaître les résultats 2022, en culture, considérant les effets collatéraux de la pandémie sur le milieu culturel qui a mis au jour des fragilités déjà existantes dans ce milieu, toutes échelles confondues. »

 

À propos de la CPO

La Conférence des Préfets de l’Outaouais (CPO) un organisme regroupant les préfets des 4 MRC de la région ainsi que la mairie de la ville de Gatineau, dont le mandat est d’offrir un lieu d’échange et de convergence afin de contribuer au développement d’une vision harmonisée de la région de l’Outaouais dans un souci de concertation et d’action sur des enjeux d’intérêts communs, de mobiliser l’Assemblée régionale et de représenter les intérêts collectifs de la région de l’Outaouais, auprès des gouvernements ainsi qu’auprès d’autres organisations ciblées.

 

Le 1er mars 2023