Médias

Vous êtes ici

Pionnier syndical : Paul-André Boucher reçoit un doctorat honorifique de l’UQO

 

L’Université du Québec en Outaouais (UQO) honore monsieur Paul-André Boucher en lui décernant un doctorat honorifique lors de la cérémonie de la collation des grades du Campus de Saint-Jérôme le 12 octobre 2022.

 

L’UQO souligne ainsi l’importante contribution et l’ampleur des actions de Paul-André Boucher dans la lutte pour l’équité et la justice sociale.

« C’est avec beaucoup de fierté et de reconnaissance pour sa contribution exceptionnelle au syndicalisme, au milieu coopératif et aux relations de travail au Québec que nous décernons un doctorat honoris causa à monsieur Paul-André Boucher », a affirmé la rectrice de l’UQO, Murielle Laberge, lors de son hommage à monsieur Boucher. « Il a été et reste une figure marquante de la communauté de Saint-Jérôme et du Québec entier, ayant dédié sa vie à lutter pour l’équité et la justice sociale et ayant grandement contribué à l’innovation sociale dans le milieu ouvrier et coopératif. C’est un honneur pour nous de lui rendre hommage aujourd’hui », a précisé la rectrice.

Né à Montréal en 1946 dans un milieu ouvrier, monsieur Boucher a grandi à Saint-Jérôme. À 17 ans, avec une neuvième année et une formation en mécanique à l’École des métiers des Arts et Métiers de Saint-Jérôme, il décroche un emploi chez Pepsi.

En 1964, il devient manœuvre à la Regent Knitting Mills où il fait ses premiers pas dans le milieu ouvrier syndical. Deux ans plus tard, alors qu’il est délégué syndical, il vit sa première grève qui mènera toutefois à l’une des meilleures conventions collectives de l’histoire de la compagnie.
 

 

De la FTQ, à Tricofil, au mouvement coopératif

Déterminé plus que jamais à favoriser l’équité et la justice sociale dans le milieu ouvrier, monsieur Boucher occupera par la suite des fonctions importantes au sein de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ). Il assumera les rôles de directeur, de trésorier puis de président du Conseil du travail (FTQ) de Saint-Jérôme.

En 1974, lorsque les propriétaires de Regent Knitting Mills décident d’interrompre la production à l’usine de Saint-Jérôme, le syndicat, avec Paul-André Boucher à sa tête, organise la reprise des activités selon un mode de cogestion. Le syndicat acquiert l’usine et la relance se fait sous un système novateur d’autogestion et de coopérative. Cette approche recueille des appuis de partout au Québec et représente une grande innovation sociale dans le monde du travail.

Monsieur Boucher occupera par la suite le rôle de président du conseil d’administration de Tricofil, un poste qu’il quittera pour se consacrer au développement de coopératives de travail au Québec. Il deviendra vite un pionnier du monde coopératif. En 1979, il cofonde la Table de travail des coopératives de production, de travail et pré-coopératives. Ce comité provincial deviendra par la suite le Regroupement québécois des coopérateurs et des coopératrices du travail, un regroupe qui développe des liens internationaux, notamment en France, en Belgique et au Bénin.

Paul-André Boucher a lutté toute sa vie pour la justice sociale. Il a toujours eu à cœur le développement de rapports sociaux plus égalitaires et a contribué à la consolidation et l’élargissement du modèle coopératif.  Retraité depuis 2002, il demeure toutefois actif et engagé dans sa communauté de Saint-Jérôme, notamment dans un projet d’accueil des immigrants.

Il a également mis sur pied son projet de Mémoire collective, un groupe de réflexion et de sensibilisation voué à ramener dans la mémoire collective des évènements et des personnes qui ont marqué l’histoire et le vivre ensemble de Saint-Jérôme et ses environs.

 

Le 13 octobre 2022