Infos et consignes - COVID-19

Vous êtes ici

Les chercheuses et les chercheurs de l’UQO se penchent sur l’impact de la pandémie

En cette période de la COVID-19, plusieurs membres de la communauté de l’Université du Québec en Outaouais (UQO) ont entamé des recherches sur la pandémie, son impact sur les gens et le mieux-être de la population.

Que ce soit les jeunes ou les familles, la période de confinement a bouleversé nos vies et les chercheuses et les chercheurs de l’UQO s’y intéressent.

 

Quels sont les effets de cette pandémie
sur les jeunes et leurs parents ?

Une équipe de l’UQO s’intéresse notamment à l’expérience des jeunes Québécois de la pandémie de la COVID-19 et à ses effets sur eux-mêmes et leurs parents.

Réalisée par les professeures Christine Gervais, Isabel Côté, Vicky Lafantaisie et Francine de Montigny, l’étude Réactions (Récits d'Enfants et d'Adolescents sur la COVID-19) prévoit rencontrer une centaine d’enfants et d’adolescents, par visioconférence, afin de saisir les connaissances et la compréhension de ces jeunes. Un des objectifs est d’explorer les représentations des enfants et adolescents des conséquences positives et négatives des mesures de distanciation physique imposées pendant la crise et d’identifier les facteurs qui contribuent et nuisent à leur bien-être en contexte de pandémie.

Les jeunes seront invités à raconter leur expérience de la pandémie à trois reprises, soit d’ici le retour en classe, vers la fin du mois de juin et au mois de septembre. Ces rencontres, fort appréciées, visent également à leur permettre de prendre un recul face à la situation.

La professeure Gervais explique : « Dans mon entourage, je constate à quel point les mesures de confinement ont des effets variés sur les familles. Alors que pour certains le confinement représente une parenthèse appréciée marquée par de bons moments en famille, pour d’autres le confinement est marqué par le stress et les tensions familiales. En m’intéressant aux récits des jeunes sur cette période si particulière, j’espère mettre en lumière la richesse de ce qui peut être fait en famille pendant des situations de crise, et mieux comprendre le soutien dont auraient besoin les jeunes pour qui le confinement est vécu difficilement. »

Ces connaissances permettront de mieux soutenir les jeunes et leur famille lors d’une deuxième vague de la COVID-19 ou lors de situations de crise.

Pour participer, les jeunes doivent être âgés entre 7 et 17 ans et leur parent doit accepter de remplir un questionnaire sur sa santé et son fonctionnement.

Pour obtenir plus d'informationreactions@uqo.ca

 

 

Rejoindre les jeunes et des parents vulnérables via la photo

Un autre groupe de professeures, qui font partie du Laboratoire de recherche et d’actions pour les personnes ayant des problèmes de santé mentale et leurs proches (LaPProche), s’intéressent quant à elles aux jeunes de 16 à 25 ans et aux parents vulnérables dans le contexte de la pandémie. 

Les professeures Aude Villatte et Geneviève Piché, en collaboration avec la professeure Marie-Ève Clément et la professeure Marie-Hélène Gagné (de l’Université Laval), ont mis sur pied une recherche-action participative proposant à des jeunes (16-25 ans) et des parents vulnérables de prendre part à un projet Photovoice déployé via les réseaux sociaux. Photovoice est une stratégie qui utilise la photographie comme outil de changement social.

L’objectif de cette recherche est d’offrir l’opportunité à ces jeunes et ces parents de témoigner et de réfléchir en groupe aux défis qu’ils rencontrent dans le contexte de confinement (et éventuellement de déconfinement) et aux mesures de soutien dont ils aimeraient pouvoir bénéficier pour y faire face. Les chercheuses veulent aussi attirer l’attention des décideurs, des professionnels des domaines de la santé, des services sociaux et de l’éducation sur les réalités et besoins de ces jeunes et de ces parents. 

La collecte de données auprès des jeunes devrait débuter d’ici 2 semaines environ ; celle auprès des parents suivra. Le site web du projet de recherche est sur le point d’être mis en ligne.

Pour obtenir plus d'informations

 

Ma vie et la pandémie au Québec

De leur côté, les professeures Annie Bérubé, Aude Villatte et Geneviève Piché, collaborent à une étude provinciale sur l’impact de la COVID-19 et les familles.

Intitulé Ma vie et la pandémie au Québec (MAVIPAN), le projet cherche à comprendre les conséquences de la pandémie de la COVID-19 sur les personnes, les familles et les communautés. Il vise aussi à suivre comment tous s’adaptent à la crise au fil de son évolution.

Les responsables cherchent des participantes et des participants qui témoigneront de leur vécu au cœur de la crise et après sa résolution en répondant périodiquement à un questionnaire en ligne. Ces connaissances pourront informer les décideurs afin de s’organiser en temps de crise et pour le futur.

 

 

 

Aidez-nous à faire connaître ces personnes qui font la différence
dans cette lutte contre la COVID-19 : dcr@uqo.ca