Diplômés

Vous êtes ici

Les Olympiens de l’UQO livrent un message de persévérance et de dévouement

 

Les trois athlètes diplômés et étudiants de l’UQO qui ont participé aux Jeux olympiques de Rio, l’été dernier, ont livré un message de persévérance et de dévouement devant une cinquantaine de personnes lors d’un 5 à 7, au café-bar Le Tonik, le 16 novembre 2016.

Organisé par la Direction des communications et du recrutement et l’Association des diplômés (ADD-UQO), l'évènement a permis à l'UQO de souligner les exploits de la sprinteuse Farah Jacques (athlétisme), la cycliste Karol-Ann Canuel et l’escrimeur Maxime Brinck-Croteau.

Farah Jacques, étudiante en sciences de l’éducation, a été membre de l’équipe féminine du relais 4 X 100 M à Rio, tandis que Karol-Ann Canuel, diplômée en sciences infirmières, a participé aux compétitions de vélo sur route. Maxime Brinck-Croteau, diplômé en sciences des technologies de l’information, a participé à la compétition d’escrime (épée). Les trois athlètes en étaient à leur première expérience olympique.

Maxime Brinck-Croteau, qui n’a pu être sur place pour le 5 à 7 en raison d’une compétition de la Coupe du monde d’escrime en Argentine, a livré un message vidéo.

Le recteur de l’UQO, Denis Harrisson, a salué les athlètes et souligné l’importance des sports pour la vie universitaire.

 

« Après les Jeux olympiques de Rio, après ma course, c’était tellement magnifique. Je n’ai pas de mots pour expliquer comment je me sentais. Tout de suite après, je me suis dit, ‘Je veux revivre ça. J’ai envie de retourner’. Alors, c’est sûr et certain que mon objectif est Tokyo 2020. J’espère terminer mon baccalauréat l’année prochaine et continuer de m’entraîner. » -- Farah Jacques

 

 

Farah et Karol-Ann ont participé à une discussion animée par le directeur des communications et du recrutement de l'UQO, Gilles Mailloux. Les deux athlètes ont parlé de leurs aventures inoubliables à Rio. Elles ont livré un message inspirant de persévérance en tant que deux athlètes de niveau international qui ont dû jongler études et entraînement pour atteindre les plus hauts sommets de leur sport.  Rappelons que Farah Jacques faisait partie de l’équipe féminine canadienne au relais 4 X 100 M, tandis que Karol-Ann Canuel participait aux compétitions de vélo sur route.

Farah Jacques garde des souvenirs impérissables de Rio et elle vise les prochains Jeux olympiques de 2020, qui auront lieu à Tokyo.

« Après les Jeux olympiques de Rio, après ma course, c’était tellement magnifique. Je n’ai pas de mots pour expliquer comment je me sentais. Tout de suite après, je me suis dit, ‘Je veux revivre ça. J’ai envie de retourner’. Alors, c’est sûr et certain que mon objectif est Tokyo 2020. J’espère terminer mon baccalauréat l’année prochaine et continuer de m’entraîner », a dit Farah Jacques, qui s’entraîne avec l’ex-sprinteur Glenroy Gilbert, médaillé d’or avec l’équipe du relais 4 X 100 M aux Jeux d’Atlanta en 1996.

C’est d’ailleurs Glenroy Gilbert qui inspire Farah Jacques à aller plus loin. « C’est ce qui m’a attiré vers lui. Il a fait les Jeux olympiques et je me suis dit que je voulais, moi aussi, aller aux Olympiques. »

Karol-Ann Canuel a aussi dans sa mire les JO de 2020 au Japon, mais elle y va par étapes. « Je prends vraiment ça une année à la fois parce que faire un cycle de quatre ans, c’est quand même assez exigeant. C’est sûr que je poursuis pour les deux prochaines années avec mon équipe professionnelle. Rio a été une belle expérience. Je n’ai pas accompli tout ce que je voulais accomplir, alors Tokyo en 2020, c’est fort probable, a expliqué la cycliste qui doit bientôt retourner en Espagne pour reprendre l’entraînement.

« J’ai choisi l’Espagne, ce qui n’est pas trop mal », a dit Karol-Ann en riant.  

Elle garde par ailleurs un bon souvenir d’avoir couru devant sa famille lors du Grand Prix cycliste de Gatineau, en juin 2016. « C’est toujours un plaisir parce que mes parents ont pu venir. La plupart de mes courses sont en Europe, donc j’ai jamais la chance d’entendre mon nom, ‘Go Karol-Ann !’ C’est aussi de montrer aux gens ce que je fais. »

Farah et Karol-Ann ont aussi donné une idée de la vie d’athlète de haut niveau. Les vacances ne sont pas fréquentes et c’est une vie d’entraînement intense. Il faut aussi faire certains sacrifices comme être loin de sa famille et ses amis, surtout pour Karol-Ann, qui s’entraîne en Espagne en vue de sa saison de cyclisme qui débute en février 2017.

Farah, elle, se prépare pour les prochains Championnats du monde d’athlétisme d’août 2017, à Londres. Elle continue de s’entraîner à Ottawa et compte faire les stages requis pour son baccalauréat l’an prochain aussi.

En plus de Michel Audet, directeur des programmes sportifs à l'UQO, plusieurs équipes des Torrents ont participé au 5 à 7. Une bonne partie de l'équipe féminine de volleyball et leur entraîneur-chef, Michel Paiement et l'adjoint Bertin Soucy, de même que des membres de l'équipe de soccer masculin de l'entraîneur Josy René Madelonet, et quelques golfeurs, étaient sur place.

Plusieurs des athlètes des Torrents ont aussi pu discuter avec Farah et Karol-Ann.

Merci aux trois Olympiens de l'UQO pour ce message de persévérance. C’est une grande fierté pour l'UQO!

 

Message vidéo de Maxime Brinck-Croteau

Biographie Farah Jacques

Biographie Karol-Ann Canuel

Biographie Maxime Brinck-Croteau

 

 

CLIQUEZ ICI POUR RETOURNER AU MAGAZINE SAVOIR