Infos et consignes - COVID-19

Département de psychoéducation et de psychologie

Vous êtes ici

Hockey et COVID : l’absence de foule enlève l’avantage de la glace dans la LNH

 

Y a-t-il un lien entre le nombre de pénalités accordées à une équipe locale lors des matches de la Ligue nationale de hockey (LNH) et de la Ligue canadienne de hockey et le fait de jouer devant des gradins vides en temps de pandémie?
 

C’est la question que s’est posée Joël Guérette, étudiant au doctorat en psychologie à l’Université du Québec en Outaouais.

Kinésiologue de formation et passionné de sports, il vient de publier le fruit de ses récentes recherches : un article qui traite de l’influence de la foule sur les pénalités accordées par les arbitres de ces deux ligues, la professionnelle (LNH) et les rangs juniors (Ligue canadienne de hockey).
 

Joël Guérette, kinésiologue et étudiant au doctorat en psychologie à l'UQO.


Son constat en une phrase : en période de COVID-19, avec des arénas vides, l’avantage de l’équipe locale, qui reçoit habituellement moins de pénalité que l’équipe adverse, disparaît.

 « Dès que la LNH a annoncé que les séries éliminatoires 2020 allaient se jouer dans des arénas vides, j’ai su qu’il fallait profiter de cette occasion unique pour observer l’impact du retrait de la foule. La littérature pointait déjà dans la direction que la foule influence les décisions des arbitres, mais il était impossible de retirer les partisans des estrades pour mesurer cette influence dans un contexte écologique. La pandémie de la COVID-19 nous a fourni cette opportunité. »

Joël Guérette a publié ses conclusions sur un site dédié aux articles savants, Plos One (en anglais).
 

Voir les conclusions de l'étude

 

Les conclusions de Joël Guérette ont également attiré l'attention des journaux de la Coop de l'information, qui ont publié une chronique à ce sujet le 4 septembre 2021

Lire la chronique

 

Les éliminatoires de 2020 se sont déroulées dans des arénas vides, sans foule autorisée, écrit Joël Guérette. Bien que cela puisse donner aux arbitres une pause de la critique en temps réel de leurs décisions par les fans, cela offre une occasion sans précédent d’examiner la contribution de la foule à l’un des phénomènes les plus notoires du sport, l’avantage du domicile.

Le but de cette étude est de déterminer si la présence d’une foule peut influencer la prise de décision des arbitres de la LNH. Cela se fait en comparant le nombre de pénalités accordées par les arbitres de la LNH aux équipes à domicile et aux équipes visiteuses pendant les séries de 2020, qui se jouent devant des sièges vides, aux cinq années précédentes (2015 à 2019).

 « On s’attendait à ce que l’avantage de l’équipe locale lié aux pénalités accordées s’estompe en l’absence de foule et c’est ce que les résultats suggèrent. Les arbitres professionnels effectuent déjà un travail remarquable, car l’influence de la foule qu’on a mesurée n’est pas énorme, explique Joël Guérette. Toutefois, le fait de les conscientiser sur l’impact que la foule a sur leurs décisions pourra les aider à s’améliorer encore. Nos conclusions seront utiles non seulement pour les arbitres professionnels, mais aussi pour les plus jeunes qui souhaitent se perfectionner. »

Joël Guérette a une formation de kinésiologue et il a travaillé au Centre sportif de l’UQO, notamment auprès de jeunes athlètes. Il étudie en ce moment au doctorat en psychologie (cheminement recherche), avec une concentration en psychologie sociale. Ses travaux de recherche au doctorat sont supervisés par les professeurs Daniel Fiset et Caroline Blais, du Département de psychoéducation et de psychologie.

L’étudiant au doctorat a déjà attiré l’attention, en 2018, avec une recherche qui traite des sports. Il a remporté un prix pour une communication orale au congrès annuel de la Société québécoise de recherche en psychologie (SQRP).

Avec son thème accrocheur, sa présentation orale intitulée Crier après l’arbitre aide son équipe à gagner a reçu un accueil plus que positif, lui permettant de remporter les grands honneurs au concours de communications orales des étudiants. Pour son projet de recherche, il a dû éplucher des tonnes de données liées à des matches du baseball majeur entre 2008 à 2015.

 

Le 10 septembre 2021