Diplômés

Vous êtes ici

Des lendemains qui chantent : un appui important de l’ARUQO

 

L’Université du Québec en Outaouais reçoit un appui de taille de l’Association des retraités (ARUQO) qui appuie les nombreux projets de l’institution qui sont en chantier pour les prochaines années.

 

Professeure retraitée du Département des sciences de l’éducation, ex-doyenne des études et maintenant présidente de l’ARUQO, madame Leticia Messier, rappelle, dans un message d’appui, le long chemin parcouru par l’UQO depuis 1981 et les progrès des dernières décennies.

Nous partageons donc son message, ci-dessous :

Ceux qui vivent dans l’Outaouais depuis longtemps peuvent se rappeler le cheminement ardu parcouru par l’université francophone de notre région.

Elle a porté plusieurs noms : Services universitaires en Outaouais (SUO), en liaison avec l`Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR); ensuite, Direction des études universitaires de l`Ouest québécois (DEUOQ - 1972-1976) et Centre d`études universitaires dans l`Ouest québécois (CEUOQ – 1976-1981).

L’année 1981 voit naître enfin l`Université du Québec à Hull (UQAH), université de plein droit et sans attache à la région du Nord-Ouest (Abitibi-Témiscamingue). Quand la ville de Gatineau est devenue le résultat de la fusion de cinq villes, en 2002, l`université a changé son nom, pour mieux refléter son appartenance à la région, devenant ainsi l`Université du Québec en Outaouais (UQO).

 

Leticia Messier, présidente de l'Association des retraités de l'Université du Québec (ARUQO)


Pourquoi ressusciter de vieilles histoires ? Pour faire état du chemin parcouru dans un peu moins de 50 ans. Pour rappeler le travail acharné de ceux et celles qui se sont investis à tous les niveaux de l’institution. Que de luttes pour obtenir un financement qui permette vraiment l’affirmation du savoir universitaire dans l’Outaouais!

Aujourd’hui, après avoir pris connaissance du Plan stratégique de l’Université pour les années 2016-2020, on peut annoncer qu’à l’Université du Québec en Outaouais, il y a des lendemains qui chantent!

L’existence de ce plan a permis de recevoir des financements plus adéquats, qui vont amener dans les années à venir, beaucoup de développement. Et nous ne parlons pas des “futuribles”. Il s’agit de projets qui sont, pour plusieurs, déjà en voie de réalisation. En voici quelques-uns:

  • Développement de programmes de grade, un par année pour les 10 prochaines années.
  • Développement d`un pôle d’enseignement supérieur, en collaboration avec le Cégep de l’Outaouais et le Cégep Héritage.
  • Politique établie pour contrer les violences en matière sexuelle.
  • Formation à distance. L’université va ainsi répondre aux besoins des étudiants et enrichir l’expérience pédagogique des professeurs. L’UQO pourra aussi rayonner au-delà de ses frontières territoriales.
  • Recrutement des étudiants étrangers. Il sera nettement encouragé.
  • Campus unifié, combien rêvé par les bâtisseurs de l’institution, qui ont travaillé parfois dans de conditions difficiles. Il y en a qui se rappellent des bureaux dans des “préfabriqués”... En plus, cela permettra de voir naître un quartier universitaire dans le secteur Val-Tétreau.

 


Il ne faut pas oublier, en ce moment de réjouissance, la venue de l’Acfas en 2019 en Outaouais. L’UQO va accueillir le plus important événement académique de la francophonie. Rien de meilleur pour faire rayonner le savoir. Préparons-nous à vivre ces moments et collaborons à sa réalisation.

Finalement, nous, les retraités de l’Université du Québec en Outaouais, voulons féliciter le recteur et tous ceux qui se sont investis pour nous permettre de célébrer aujourd’hui. Nous sommes heureux de pouvoir vivre avec vous ces lendemains qui chantent!

 

Leticia Messier,
Présidente de l’ARUQO

 

Le 17 octobre 2018