Département de travail social

Vous êtes ici

De Gatineau à Grenoble : les embûches auxquelles font face les élues

 

Quelles sont les embûches auxquelles font face les élues locales et les membres des associations féministes à Gatineau et à Grenoble, en France ?

 

La professeure Denyse Côté, du Département de travail social, a voulu répondre à cette question et le résultat de ses recherches sont publiées dans un article dans le numéro thématique Genre et politique urbaine de Géocarrefour, une des plus anciennes revues de géographie d’expression française. L’article est intitulé Porter la voix des femmes dans les politiques territoriales locales : regards croisés Gatineau-Grenoble 

 

De concert avec sa collègue Sophie Louargant, Denyse Côté y analyse les modalités de production des dispositifs d’égalité femmes-hommes au sein de structures locales et régionales.

 

Pourquoi Grenoble et Gatineau ? Premièrement, les deux chercheures viennent de ces deux villes et connaissent le gens de ces milieux. « Il y a aussi le fait que Gatineau et Grenoble sont des régions semblables, en dehors des grandes métropoles, comme Paris et Montréal. La taille de la population est aussi un facteur qui a fait en sorte que nous avons décidé de comparer ses deux villes », explique Denyse Côté.

 

D’un côté et de l’autre de l’Atlantique, les chercheures constatent que les élues et les membres associatives féministes ont été confrontées à diverses embûches. L’analyse comparée du discours de ces militantes et élues en France (Grenoble) et au Québec (Gatineau) dévoile les ressorts de la production de mécanismes sexistes dans la construction contemporaine des territoires locaux et régionaux.

 

Voici le résumé du texte : La question de l’égalité n’est pas un objet nouveau pour les politiques publiques. Nombre de villes, de régions ont mis en place des dispositifs d’égalité femmes-hommes. Ce dossier a été porté en France par des élues engagées dans des collectifs féministes, dans des luttes sociales ou environnementales. Au Québec, il a été porté par des associations féministes, et par des élues issues de cette mouvance ou sensibilisées à la problématique. D’un côté et de l’autre de l’Atlantique, ces actrices ont été confrontées à nombre de résistances et d’embûches avant d’obtenir une certaine visibilité de cette question. L’objectif principal de l’article est d’identifier les résistances à l’intégration de l’égalité femmes-hommes comme catégorie d’action locale. Ces dernières sont souvent renforcées par un discours sexiste associant l’égalité femmes-hommes à « des commérages féministes » ou à des demandes inopportunes. Ce contexte questionne l’« éthique » politique et la sexuation de cette éthique dans la prise en charge publique de l’égalité à l’échelle du territoire restreint. L’analyse comparée du parcours de militantes et d’élues en France (Grenoble) et au Québec (Gatineau) dévoile les ressorts de la production de ces mécanismes sexistes dans la construction contemporaine des territoires locaux et régionaux.

 

Géocarrefour bénéficie de la reconnaissance scientifique du CNRS et figure sur la liste de référence des revues établie par l’AERES (Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur) de France.

 

Les deux auteures poursuivent leurs recherches rattachées au laboratoire CNRS Pacte (Université de Grenoble-Alpes) et à l’ORÉGAND (UQO).

 

Lisez l’article cosigné par la professeure Denyse Côté